Responsable HSSE

 Responsable HSSE

Hygiène, santé, sécurité, environnement.

Pierre Marin, 32 ans, est responsable HSSE (hygiène, santé, sécurité et environnement) chez EDEIS Concessions.

Après le bac, Pierre poursuit des études en DUT Hygiène, sécurité et environnement. L’aspect environnement l’a toujours intéressé, d’autant que c’est un domaine qu’il sait conjuguer liant l’administratif et l’opérationnel. Il entre ensuite en école d’ingénieur, à l’ESAIP, et choisit l’option Sécurité, environnement et prévention des risques. Son stage de dernière année se déroule dans une usine de production d’engrais où il participe à la mise en place de certifications. Ses études finies, en 2012, il est embauché en tant que responsable QSE (qualité, sécurité, environnement), le temps de finir le projet. Pierre cherche ensuite à revenir travailler dans sa région, du côté de Tours, ce qui l’oblige à faire quelques missions en dehors de sa spécialité en tant qu’intérimaire, jusqu’à ce qu’il tombe sur la bonne annonce : EDEIS cherche un responsable QSE pour mettre en place la norme de certification environnementale internationale ISO 14001 sur l’aéroport de Tours. Il est embauché début 2014.

La certification est obtenue début 2015, mais sa tâche n’est pas finie puisque, pour la conserver, l’aéroport est audité chaque année. On est ici dans de l’amélioration continue, avec un investissement en temps moins conséquent. Du coup, Pierre voit étendre sa mission à la sécurité : établissement de procédures, inspections sur le terrain, etc. En 2016, il fait une formation pour obtenir la casquette supplémentaire de responsable de sûreté. Sa mission principale consiste à contrôler l’entreprise sous-traitante en charge de la sûreté sur l’aéroport. Ces trois domaines – environnement, sécurité et sûreté – nécessitent un suivi au quotidien. Son métier de « contrôle » lui fait également voir la partie exploitation de l’aéroport puisqu’il est informé de tout ce qui se passe sur le site vis-à-vis des pannes, des travaux, etc. Aucune journée ne se ressemble. Du fait de son expertise, on lui propose également, fin 2018, un poste de responsable HSSE (hygiène, santé, sécurité et environnement) au siège : il ne suit plus le seul terrain de Tours, mais l’ensemble des seize plateformes gérées par EDEIS. Pierre fait le lien en matière de sécurité et d’environnement.

L’aéroport, un lieu particulier

Sa première mission consiste à s’assurer qu’il n’y ait pas de risque pour le personnel qui travaille dans un cadre particulier : l’aéroport. Il met en place des actions de prévention, de communication, de formation et organise des exercices. Par exemple, simuler une chute d’un engin ou un déversement accidentel de carburant sur la piste. Pierre analyse les retours d’expérience et apporte des mesures correctives ou préventives. « Dans un aéroport, les accidents du travail sont relativement classiques, les premières causes étant la chute de plein pied et la manutention manuelle. »  L’aspect environnemental de son métier est à part, mais la méthode de travail est sensiblement identique à la gestion de la sécurité. Le but est ici de limiter l’impact des activités aéroportuaires sur l’environnement. En effet, tout le secteur du transport aérien est concerné par la transition écologique. Ainsi, EDEIS est entré dans le programme d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2, reconnu à l’international, l’« Airport Carbon Accreditation ». Il s’agit d’évaluer toutes leurs consommations (l’électricité et le carburant étant les principaux pôles d’émissions) pour mieux les maîtriser, puis les diminuer. Pierre est impliqué. Il participe à l’élaboration et à l’application de mesures qui vont de la simple communication : « Éteignez les lumières derrière vous », jusqu’au changement du parc de véhicules en faveur de l’électrique ou encore l’installation de panneaux photovoltaïques.

L’aéroport est aussi un lieu fait pour partie de grands espaces verts. Régulièrement, Pierre fait un état des lieux de la faune et de la flore avec l’aide de spécialistes. « L’aéroport est un sanctuaire de la biodiversité en pleine ville. Sur l’aéroport de Tours, par exemple, on comptabilise plus de 650 espèces, certaines étant même peu représentées dans notre région. » L’objectif est de les préserver, mais elles permettent aussi de promouvoir la plateforme auprès des riverains. Basé à Tours, il a observé le fonctionnement de tous les terrains exploités par EDEIS et effectue désormais un suivi sur place, au minimum tous les deux ans, pour vérifier l’avancement des actions mises en place et pour en préconiser de nouvelles. « Les délégants, les riverains, etc, ont une attente que l’on se doit d’atteindre : avoir une activité la moins impactante possible sur l’environnement. »

À propos d’EDEIS : Acteur majeur dans l’ingénierie et la gestion d’infrastructures (18 aéroports, 3 ports, 2 trains touristiques, 3 monuments historiques), EDEIS, grâce à sa vision innovante et durable, accompagne les territoires dans leur développement et leur rayonnement. Le groupe emploie 900 collaborateurs répartis entre l’ingénierie des infrastructures (13 agences) et les concessions (21 sites).

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.