Morgane, chef de cabine

 Morgane, chef de cabine

Morgane, 28 ans, est chef de cabine chez French bee. Elle nous raconte son parcours.

Enfant, Morgane prend l’avion seule. En tant qu’UM (unaccompanied minor), elle est prise en charge par une hôtesse de l’air. Elle est vite fascinée par ce métier et c’est ce qui va la guider par la suite. Après un bac littéraire, elle s’inscrit en licence Langues étrangères appliquées, mais elle estime ne pas progresser assez vite en anglais. Morgane change de voie et va travailler comme jeune fille au pair trois mois en Australie et un an et demi en Angleterre. Lors de ses passages en France, elle va sur les salons pour rencontrer les écoles et poser des questions sur le métier de PNC (personnel navigant commercial). En 2015, elle s’inscrit chez l’institut Mermoz pour passer son CCA (Cabin Crew Attestation), une formation théorique et pratique : connaissances générales de l’aviation et réglementation aéronautique, communication, facteurs humains et secourisme, etc. Le programme est dense. Ses résultats tombent début 2016 : elle est qualifiée et n’a qu’une seule hâte, mettre en pratique ce qu’elle a appris.

La chance lui sourit, French bee, nouvelle compagnie sur le marché, embauche. Son CV est retenu. Morgane passe ensuite un entretien en groupe où les candidats sont jugés sur leur travail en équipe, leur comportement, puis un entretien individuel. On lui propose un premier CDD de sept mois. Son entrée chez French bee commence par un stage d’intégration où elle apprend les procédures de la compagnie, ses valeurs, l’offre commerciale… Il est suivi par un premier vol d’observation sous le contrôle d’un instructeur. Morgane est alors déclarée apte à gérer à la fois le commercial (service, vente de produits, etc.) et la sécurité (fermeture des portes, sécurisation de la cabine, etc.).

French bee opère des vols long-courriers sur Airbus A350 d’une durée de 9 à 11 heures. À chaque rotation (aller et retour), l’équipage de cabine change. Chef de cabine depuis fin 2018, Morgane est en charge du briefing avant vol où elle fait des rappels de procédures et attribue aux membres d’équipage leurs postes de travail. Elle a également un briefing avec les pilotes. Tout au long du vol, elle sera en relation avec eux pour répondre à leurs besoins et les tiendra au courant de ce qui se passe en cabine. S’ensuit une vérification des équipements de sécurité (extincteurs, défibrillateurs…) avant de procéder à l’embarquement.

Sur l’A350, il y a deux portes d’embarquement. Il faut aller vite. En fait, le manuel commercial prévoit tout le déroulement du vol, nécessaire pour respecter le timing. En partance le soir, les membres d’équipage commencent par un service de manière à laisser les passagers se reposer ou dormir le reste du vol. Ensuite, c’est de la veille. Tout au long du vol, les PNC s’assurent du confort et de la sécurité des passagers : vérifier de manière discrète leur état pour prévenir tout stress, maladie, énervement, etc., mais aussi faire de la sécurité comme le contrôle de la cabine et des toilettes pour s’assurer de l’absence de fumeur et d’un potentiel départ de feu. À chaque incident correspond une procédure à mettre en place. Une fois posés, les PNC aident à débarquer, vérifient qu’aucun passager ou bagage n’a été oublié, puis quittent l’avion à leur tour. C’est le matin et ils repartiront tous le lendemain soir après deux jours et une nuit passés sur place.

Pour Morgane, c’est un métier de partage – avec les équipages, les passagers, les locaux –, passionnant – aucun vol ne se ressemble – et exigeant. Il faut être disponible et s’adapter rapidement. Morgane reçoit son planning à un mois d’intervalle, elle est amenée à travailler durant les fêtes, les week-ends et de jour comme de nuit. Un PNC doit toujours être souriant et à l’écoute du passager, car, outre le confort durant le vol, ce qu’il va retenir, c’est l’accueil et l’attention qui lui ont été faits. Tout cela, plus le fait qu’il faille être en bonne condition physique, nécessite de bien se renseigner sur le métier avant d’entamer une formation. Mais une fois toutes les informations réunies, une bonne dose de motivation et de la détermination vous aideront à atteindre ce beau métier.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *