Maud, responsable de projet

 Maud, responsable de projet

Maud Greco-Ciman, 34 ans, est responsable de projet chez Groupe ADP, leader mondial de la conception, la construction et l’exploitation des aéroports.

Au départ, Maud Greco-Ciman voulait travailler dans l’informatique. Son intérêt pour l’aérien s’est révélé durant le lycée. Elle vivait alors au Luxembourg où l’ombre des avions traversait régulièrement le jardin. À force de rencontres et de salons, elle décide de s’orienter dans les métiers de l’aéronautique. Elle fait trois ans de prépa, passe les différents concours et c’est la filière ingénieur ENAC, qui lui semble plus proche des métiers du transport aérien, qui remporte son choix. Fin 2007, elle débute les cours. Après quelques mois de tronc commun, Maud choisit l’option « techniques aéronautiques » pour s’orienter vers les opérations aériennes et travailler à terme au sein d’une compagnie aérienne ou pour un aéroport.

Sa troisième année est décisive. Maud choisit de suivre le dernier semestre de cours à l’université du Texas à Austin. Cette expérience lui permet de s’imprégner de la culture américaine, de perfectionner son anglais tout en suivant des cours sur l’aéronautique et les transports. Ensuite, elle est retenue par le Groupe ADP pour effectuer son stage de fin d’études. Elle est alors mobilisée au sein de la Direction de l’aménagement du plan-masse de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle (CDG), et travaille sur différents projets d’optimisation et de sécurisation des aires aéronautiques. Soutenue par sa maître de stage, Maud postule au « Graduate Program » : durant deux ans, les jeunes diplômés enchaînent trois missions sur trois postes différents de manière à découvrir l’entreprise, ses métiers et se constituer un réseau. Maud est diplômée fin 2010 puis embauchée en mars 2011.

Sa première mission coïncide avec l’actualité : un épisode neigeux qui a fortement perturbé l’aéroport Paris-CDG. Maud intègre la Direction des projets d’ADP pour soutenir un projet de construction en urgence d’aires de dégivrage qui devront être opérationnelles la saison suivante.

« Ce Graduate Program permet aussi de prendre des risques, de découvrir des domaines pour lesquels on n’est pas prédestiné en sortie d’école. » En l’occurrence, Maud s’approprie les techniques de construction et de passation de marché, en plus d’apporter son propre savoir sur le fonctionnement d’un aéroport et sur la réglementation aéronautique. L’expérience est enrichissante.

Ensuite, Maud devient responsable de l’ingénierie d’exploitation des terminaux Orly 1-2 (ex-Orly-Ouest). Épaulée par son équipe, elle suit les principales ressources de l’aéroport (banques d’enregistrement, postes avions, etc.) et analyse les performances des compagnies aériennes pour optimiser le parcours client. Cette mission est en interface avec les pôles opérationnels et travaux ainsi qu’avec les compagnies aériennes et assistants en escale. Enfin, sa troisième mission la conduit sur un poste pérenne : responsable du poste de commandement (PC) de Paris-CDG. Cette fonction mêle les aspects management opérationnel et gestion de crise. Son équipe veille pour anticiper et gérer au mieux les aléas afin de conserver un fonctionnement nominal de l’aéroport. Selon la criticité de l’événement, les gestions sont différentes : jusqu’à activer le mode crise déclenchant le dispositif d’astreinte pour renforcer les équipes en cas de grève, neige, accident, attentat, par exemple.

Après plus de quatre ans au PC, en 2017, Maud souhaite retourner en gestion de projet. Orly est alors dans un cycle de rénovation de ses pistes : il faut démolir puis reconstruire la piste 3 de l’aéroport. Elle en devient responsable de projet et c’est toujours un poste qu’elle occupe aujourd’hui. Elle a un rôle de chef d’orchestre pour coordonner les différentes étapes de projets relatifs aux infrastructures aéronautiques de l’aéroport : élaboration du cahier des charges, suivi des études, consultation des entreprises. La mieux-disante lancera les travaux qui seront suivis par Maud et son équipe jusqu’à leur réception : respect des délais, du budget, de la sécurité, de la qualité etc. Elle s’entoure de métiers techniques (maîtrise d’œuvre, etc.), mais aussi de fonction support pour les problématiques juridiques, réglementaires, sécurité, etc. « Il est important de poser des questions tout en restant bienveillant : comprendre les problématiques des autres permet de progresser. »

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *