Le musée de l’Air et de l’Espace

 Le musée de l’Air et de l’Espace

Marie Laure Griffaton est à la tête du département scientifique et des collections du musée de l’Air et de l’Espace qui regroupe lui-même plusieurs départements : le département des aéronefs et collections techniques ; le département des objets d’art, tenues, collections graphiques et objets anthropologiques ; le département recherche et documentation ; le département régie restauration, conservation préventive et entretien des collections. Elle nous en dit plus sur ce dernier qui regroupe de nombreux métiers nécessitant une compétence aéronautique.

(Photos © Musée de l’Air et de l’Espace – Paris-Le Bourget / Vincent Pandellé et Antoine Tourret)

SFMA : Quel est le rôle de ce département ? Restauration, conservation, entretien… n’est-ce pas la même chose ?

Marie Laure Griffaton : Notre principale mission est de conserver les objets, aéronefs compris, dans l’état le plus proche possible de celui dans lequel ils sont arrivés au musée de l’Air et de l’Espace qui correspond le plus souvent à l’état de fin de service. Nous effectuons de la conservation préventive qui consiste à protéger l’œuvre en intervenant le moins possible dessus. Par exemple, placer à l’abri de la lumière et de l’humidité les avions en bois et toile. Dès lors qu’il y a une intervention plus conséquente que le dépoussiérage, du retrait de corrosion par exemple, on parle de restauration. Nous devons penser à long, voire très long, terme. Ainsi, le nettoyage de la peinture d’un avion nécessite par exemple des produits spécifiques pour la conserver le plus longtemps possible. L’aéronef n’est pas destiné à revoler, nous ne sommes donc pas soumis aux mêmes contraintes qu’un atelier de maintenance classique. Il faut savoir que, par principe, la peinture d’origine est conservée : si l’on repeint, c’est parce que le fuselage est mis en danger. Un autre principe, dans un musée, est que toute intervention doit être minimale et réversible si une pièce manquante a été ajoutée. Les restaurations sont par ailleurs précisément documentées. En résumé, notre principal rôle est de préserver, ce qui nécessite des interventions ponctuelles, rarement des fabrications. Quoi que… en ce moment, nous reconstruisons un Potez 25, un biplan conçu dans les années vingt, à partir de plusieurs pièces originales.

SFMA : Quel est le profil des personnes qui travaillent dans ce département ?

M-L. G. : Les personnes que nous recrutons n’ont pas forcément un bagage aéronautique, tout dépend de leur poste. Par exemple, le chaudronnier aura une formation aéronautique car son métier est très technique, mais le menuisier peut être avant tout un spécialiste du bois et il acquerra une expertise aéronautique au fur et à mesure de ses interventions effectuées sur les objets du musée. La transmission de savoir-faire est très importante parmi nos équipes. Ainsi, l’un de nos restaurateurs du patrimoine, Arnaud, est un chaudronnier qui a évolué à ce nouveau poste suite à une VAE (validation des acquis de l’expérience). Depuis qu’il travaille au musée et par son engagement associatif, il a acquis une connaissance fine des méthodes de construction et a beaucoup appris au contact de nos « anciens » comme l’entoilage. Dans le département, nous avons également deux autres restaurateurs du patrimoine aux formations plus classiques avec des spécialisations sur les objets techniques et conservation des matériaux. Ils sont moins impliqués dans les montage et démontage qu’Arnaud. Leur principale mission est de restaurer les œuvres selon les préconisations du « musée de France » (un statut spécial détenu par le musée de l’Air et de l’Espace).

Concernant nos autres métiers, il y a bien entendu un responsable du département, un chef de zone technique et son adjoint, trois personnes à la régie (gestion des réserves et déplacement des œuvres) et une équipe de techniciens composés d’un menuisier, d’un peintre, d’un chaudronnier, d’un usineur, d’un magasinier, d’un technicien d’entretien, de deux manutentionnaires. Les quatre mécaniciens aéronautique entretiennent les moteurs et s’occupent des déplacements des avions. Toutes ces personnes travaillent ensemble. À chaque intervention, le restaurateur responsable est assisté par des techniciens en fonction de leur compétence technique et expérience. En tout, le musée de l’Air et de l’Espace conserve 650 000 objets, dont 40 000 sont classés « musée de France ». Sur ses 400 aéronefs, 120 seulement sont exposés sur le site du Bourget (les autres appareils, dont certains sont en attente de restauration, sont conservés dans les réserves de Dugny ou en dépôt à l’extérieur).

SFMA : Est-ce que vous donnez leur chance aux jeunes ?

M-L. G. : Il est vrai que notre profil idéal ne correspond pas au jeune fraîchement diplômé d’école, car il faut de l’expérience pour intervenir sur des collections aussi précieuses, mais j’ai souligné l’importance pour nous de la transmission du savoir-faire. Donc, selon le profil du candidat, tout est possible. De manière générale, tous les employés ont en commun une passion pour l’aviation, ainsi qu’une importante curiosité qui leur a permis de se créer une culture aéronautique personnelle, parfois complétée par une expérience acquise au sein d’associations aéronautiques. Beaucoup font carrière au sein du musée, mais il y a régulièrement des départs à la retraite ou ceux dictés par diverses raisons. Par exemple, nous recherchons actuellement un nouveau régisseur. Pour les plus jeunes, nous acceptons chaque année quelques stagiaires en stage ouvrier, voire même de découverte pour les 3e. Dans nos autres départements, nous avons également quelques apprentis.

Pour en savoir plus sur ces métiers ainsi que ce qu’impliquent les notions de conservation préventive et de restauration, Marie-Laure Griffaton animera une table-ronde lors de la prochaine édition du Salon des formations et métiers aéronautiques qui se tiendra au musée de l’Air et de l’Espace, Paris-Le Bourget, du 24 au 26 septembre 2021.
 

À lire également le portrait de Fabrice, responsable de son atelier de mécanique aéronautique.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *